XV
XV

Origine

La découverte à la fin du XVe siècle de riches gisements d'argent et de plomb dans la région de Tarnowskie Góry donna lieu à l'extraction de minerai. L'année 1526 est considérée comme la date de création de la ville, où les propriétaires de ces zones alors émirent un privilège appelé le Règlement sur l'exploitation minière, qui encourageait les mineurs locaux à travailler dans l'exploitation minière. Deux ans plus tard, les souverains susmentionnés adoptèrent un code de travail, exceptionnel pour l'époque, dénommé « Ordunek Gorny » qui régissait l'activité des exploitations minières et le montant des salaires. Ce code visait à développer l'extraction de minerai en Haute-Silésie. En échange des privilèges pour les cités émergents et les mineurs, les princes recevaient une partie des profits de la mine. Il y eut un développement dynamique de l'exploitation minière dans la région de Tarnowskie Góry. Pendant l'extraction des minerais, les mineurs luttèrent avec tous les éléments naturels. Des méthodes d'extraction simples favorisèrent l'émergence de nombreuses menaces. Il y avait des effondrements, des glissements de roche, une absence d'air et d'un éclairage efficace. Les puits de mine et les trous d'excavation étaient toujours inondés d'eau. En période de fort apport d'eau, il fallait suspendre temporairement l'exploitation du gisement.

Géologie

L'eau dans les fouilles minières fut toujours un phénomène indésirable. Les précipitations atmosphériques et les eaux courantes ou stagnantes à la surface de la terre ainsi que les eaux profondes sont à l'origine de afflux dans les mines. Les roches à grain grossier et poreuses sont facilement perméables à l'eau. Les dolomies métallifères de la région du bassin de Tarnowskie Góry ont une telle structure. Des puits de mine d'une profondeur allant jusqu'à plusieurs mètres furent remplis d'eau en peu de temps. Ce fut l'un des principaux problèmes de l'industrie minière de Tarnowskie Góry.

Deux petites rivières, Stoła et Drama, traversent Tarnowskie Góry, et, en cas de fortes pluies, ne peuvent pas évacuer rapidement et efficacement l'eau avant qu'elle ne pénètre profondément dans la terre. La raison est une zone relativement plate formant une plaine avec une légère ondulation, où la différence de surface entre le point le plus haut et le plus bas est d'environ 50m. En outre, le bassin géologique de Tarnowskie Góry est situé sur un substrat argileux-carboné étanche et crée ainsi un grand réservoir souterrain d'eau qui, lors du remplissage, cause l'élévation des nappes phréatiques en inondant les excavations minières situées directement au-dessus.

Méthodes de drainage des excavations

Au début, les excavations minières furent drainées à l'aide des mêmes méthodes que lors du transport des déblais. Au lieu d'un seau, un sac de cuir appelé bulg fut pendu et tiré vers la surface. Plus l'extraction de minerai était profonde, plus l'afflux d'eau était important. Cette situation rendit nécessaire la recherche de méthodes de drainage plus efficaces et moins coûteuses. Par conséquent, déjà au 16ème siècle, au moment de la plus grande prospérité de l'industrie minière de Tarnowskie Góry, apparurent des concepteurs de machines ingénieuses, ainsi que de dispositifs d'assèchement qui étaient censés faire des merveilles. Les chaînes à godet dites « Pater noster » étaient les chaînes les plus connues dans le monde minier de l'époque. Plus tard, furent introduites des pompes de drainage verticales entrainées par les manèges à chevaux. Selon les données du milieu du 16ème siècle, de 600 à 700 chevaux étaient utilisés pour la propulsion des machines de drainage à Tarnowskie Góry et leur travail durait jour et nuit.

XVI
XVI

Galeries de Tarnowskie Góry

Déjà dans la première moitié du XVIe siècle, il devint évident que les méthodes de drainage existantes ne passaient pas le test ; pour cette raison-là, afin de se débarrasser efficacement de l'eau, l'industrie minière de Tarnowskie Góry commença à chercher des solutions plus coûteuses. En construisant des systèmes de galeries, les mineurs se débarrassaient de l'eau par gravité. Lesdits systèmes agirent comme des collectionneurs particuliers qui recueillaient l'eau des porches, des trottoirs et des excavations situés dans les dépôts au-dessus des galeries de la mine. L'eau fut évacuée par le tunnel principal des galeries vers les rivières souterraines inférieures. Les dimensions de chaque galerie étaient régies par une ordonnance spéciale de drainage publiée en 1544, qui visait à éliminer toutes les lois coutumières existantes concernant l'assèchement de la mine. Dans les zones à faible altitude, les galeries se terminent un canal. Ces canaux étaient des auges artificielles, menant de la sortie de la galerie à l'endroit de nivellement des niveaux d'eau dans la rivière et de l'eau drainée par la galerie.

Pendant toute la période d'exploitation minière dans la région de Tarnowskie Góry-Bytom 13 galeries de mine furent creusées

Galerie de Daniel

La première galerie déclarée par les mineurs à l'approbation en 1547 était la galerie appelée Daniel, actuellement située dans le quartier de la ville de Repty Śląskie. L'information sur cet investissement est résiduelle. Os sait uniquement que les mineurs de ladite exploitation minière déclarèrent auprès du bureau minier quatre puits de mine de cette région.

Galerie de Saint Jacob

La galerie la plus importante du XVIe siècle était la galerie de Saint Jacob de 1564. Sa construction fut initiée par le sous-directeur de la mine de Zgorzelec, Jakub Rapp. La tâche de cette galerie consistait à drainer les fouilles minières situées dans le centre-ville. C'était la galerie la plus longue, à savoir de 4,7 km de long, et la plus importante du point de vue de l'industrie minière de la région de Tarnowskie Góry aux XVIe et XVIIe siècles. Sa sortie était située à Sowice (actuellement un quartier de Tarnowskie Góry). Là, les eaux provenant de la galerie tombèrent dans la rivière Stoła.

Galerie Don de Deu

Une autre galerie inscrite dans les livres de contrôle miniers était la galerie Don de Dieu daté de 1566, appelé dans d'autres sources comme « une petite galerie derrière l'aciérie de M. Hornig ». Elle était située dans la région de Sowice (actuellement le district de Tarnowskie Góry). Les galeries suivantes qui se trouvèrent dans les registres sont : la galerie Promise au nom du Seigneur de 1567 et Dieu bénisse à Sowice de 1568.

Galerie de Cracovie

En 1568, les mineurs de Cracovie et d'Olkusz déclarèrent la construction d'une nouvelle galerie. Elle reçut le nom « Krakowska » (de Cracovie). Comme le disent les constructeurs : "nous devons construire cette galerie sur 2310 lachters à travers plusieurs parties dangereuses et à travers un rocher concis." Sa construction ne fut jamais achevée et la galerie ne joua pas un rôle majeur dans l'exploitation minière de Tarnowskie Góry.

Galerie de Saint Georges

Afin de recoller les morceaux de l'exploitation minière de Bytom qui s'effondra, les habitants décidèrent de construire la galerie de Saint Georges. Sa construction débuta le 1er juin 1584. La mesure du projet fut réalisée par le sous-directeur de la mine de Tarnowskie Góry, Jan Trapp. La galerie devait commencer dans le village de Szombierki et atteindre les environs de Miechowice, Bobrowniki, Strzybnica et Szarleja.

Nouvelle galerie de Bytom

Une autre galerie associée à Bytom était la Nouvelle Galerie de Bytom, dont on sait malheureusement peu de choses, sauf que sa construction commença en 1603.

Galerie Dieu bénisse

Le 22 juillet 1652, la construction de la galerie Dieu bénisse qui devait remplacer la galerie Saint Jacob, vieille et effondrée en plusieurs endroits. Toutefois, cette galerie ne donna pas les avantages attendus. Après avoir creusé 1665 m, on ne toucha pas les filons et, par conséquent, l'investissement fut abandonné. À partir de 1656, une autre galerie fut construite et reçut le nom Wspomóż Bóg. Après avoir creusé 866 mètres dans des conditions géologiques très difficiles, aucun gisement de minerai ne fut pas trouvé et, en 1695, d'autres travaux furent interrompus. Pour des raisons politiques et économiques, l'exploitation minière de Tarnowskie Góry commença à décliner. L'achèvement de la galerie Wspomóż Bóg prit place dans une période ultérieure et contribua de manière significative à l'essor nouveau de l'exploitation minière.

Galerie de Tarnowskie Góry

Le directeur de la mine, Scholle, voulut construire la dernière galerie, à propos de laquelle on trouve des références de l'époque d'avant la restauration de l'industrie minière locale en 1784. Il allait le construire avec l'aide de la société de mineurs sous le nom « Galerie profonde près de Tarnowskie Góry »  commençant à Stare Tarnowice. En 1769, sa construction fut commencée, mais à cause d'un accident (un homme s'y est noyé) personne ne voulait plus travailler sur ce projet.

Galerie Kunst Rösche

Le point de départ de la galerie construite probablement l'année suivante l'année d'ouverture de la mine Friedrich se situa dans le puits Abt. La galerie fut créée parce que les treuils d'assèchement étaient situés sur le terrain situé au même niveau ou plus bas que le niveau de la rivière Stoła. Pour que l'eau puisse y glisser, la galerie devait être construite de façon permettant de faire descendre les eaux vers le lit de rivière. La longueur totale de la galerie dans le sous-sol était de plus de 500 m. On ne sait pas si la galerie fut construite en panneaux ou partiellement maçonnée. Le mot « Rösche »  dans le nom de la galerie suggère que ladite galerie fut construite dans une tranchée ouverte, qui fut ensuite enterrée. La galerie fut découvert sur la carte des années 1785-1792.

  • 1547 - Galerie de Daniel
  • 1563 - Galerie de Saint Jacob
  • 1566 - Galerie Don de Dieu
  • 1567 - Galerie Promise au nom de Dieu
  • 1568 - Galerie Dieu aide-moi
  • 1568 - Galerie de Cracovie
  • 1584 - Galerie de Saint Georges
  • 1603 - Nouvelle galerie de Bytom
  • 1652 - Galerie Dieu bénisse
  • 1769 - Galerie de Tarnowskie Góry
  • 1785 - Galerie Kunst Rösche
  • 1806 - Galerie Boże Wspomóż
  • 1834 - Galerie profonde Friedrich
XVIII
XVIII

Galerie Boże Wspomóż - Régime Nord de Drainage

En 1784, fut construit la mine Friedrich. De grandes quantités d'eau furent trouvées dans les puits et les trottoirs. On décida qu'indépendamment du retour au drainage au moyen des manèges à chevaux et de l'importation prévue d'une machine à vapeur, il faudrait aussi retourner au drainage des galeries afin de drainer les filons inférieurs. A cet effet, la galerie inachevée Wspomóż Bóg fut utilisée. C'est la galerie Wspomóż Bóg qui est à l'origine de la galerie Boże Wspomóż (allemand : Gotthelf), à savoir l'un des deux principaux éléments du système de drainage de la mine Friedrich. On visait à utiliser cette galerie comme une galerie de système, toutefois après l'arrangement de son canal, il s'avéra que dans sa partie souterraine il n'y avait qu'une section de 40 mètres qui était dégagée. En utilisant son canal ouvert, un tracé de la nouvelle galerie dénommée Boże Wspomóż fut fixé. Le travail commença en 1785. 29 puits de mine étaient creusés tout au long de la galerie et les fronts d'avancement trottoirs furent dirigés l'un vers l'autre, afin de connecter les trottoirs. Après la fin de la construction de la galerie, les puits de mine furent obturés.

La galerie Boże Wspomóż constitue le Système nord des galeries (également connu sous le nom du Système Central), qui était un projet ambitieux mis en œuvre dans les années 1785-1807. La progression du forage reflètent les dates et les détails enregistrés sur les plans originaux conservés. Ces éléments sont confirmés par les découvertes de l'archéologie souterraine, notamment les plaques caractéristiques, encastrées dans les parois latérales de la galerie, sur lesquelles la date de la section finie de la galerie et la distance à sa sortie ont été méticuleusement gravées. L'ensemble du champ minier déjà agrandi de la mine Friedrich à Tarnowskie Góry a été divisé en quatre zones minières : zone de Sucha Góra, zone de Bobrowniki, zone Municipale et zone de la Galerie. Chaque zone avait son propre canal de drainage souterrain drainant les filons de minerai au-dessus de lui.

En même temps, on travaillait sur les tranchées de toutes les zones, en guidant les fronts d'avancement de leurs trottoirs qui couraient de deux puits voisins, l'un vers l'autre, c'est-à-dire, s'affrontaient. Dans ce projet gigantesque, huit machines à vapeur de type Newcomen et Boulton&Watt furent utilisées, déplacées d'un puits à un autre au fur et à mesure des travaux. Les bâtiments de machines, provisoires et souvent en bois, ne furent pas conservés jusqu’à nos jours, et la hauteur totale de charge de l'eau par les pompes des machines fonctionnant dans tous les puits de mine dans les années 1802-1807 est estimée à environ 170 m.

Le plan supposait que toutes les tranchées mentionnées ci-dessus soient connectées dans un seul fil du système avec la galerie Boże Wspomóż, en construction depuis 1785 au niveau de 267 mètres au-dessus du niveau de la mer à compter de Stoła à Strzybnica. L'idée était de faire monter sur le Mont l'eau sortant de la Tranchée de Reden vers la galerie qui s'étend plus haut, exactement à 5,86 mètres. L'objectif fut finalement atteint en 1807 où l'eau venant de tout le site minier fut pompée par une seule machine de 60 pouces à ce niveau relativement peu élevé. Leur performance s'élevait à 22 mille m3/jour. Construit au frais de 100 000 thalers, le système de drainage central existe depuis 30 ans. Le bénéfice résultant de la réduction des coûts de drainage était significatif.

XIX
XIX

Galerie Profonde Friedrich - Système Sud De Drainage

La poursuite du développement de la mine Friedrich fut possible après la mise à disposition de gisements se trouvant au-dessous du système de drainage actuel. Il y avait un besoin de construire une nouvelle galerie plus profonde, qui serait capable de drainer l'eau de la zone d'exploitation en utilisant la méthode gravitationnelle. La zone la plus favorable pour commencer sa construction était la vallée de la rivière Drama alimentant la fleuve Kłodnica dans le bassin versant de l'Oder. L'objectif était de construire le puits Adolf d'une profondeur de 56 m dans la mine Friedrich. La galerie reçut le nom - Galerie profonde Friedrich.

Prenant en compte les conditions géologiques, le projet visait à creuser une galerie composée de quatre sections d'une longueur totale de 4570 mètres. Leur creusement devait durer 15 ans. Les coûts prévus de l'investissement devaient s'élever à un montant de 231 000 thalers contemporains.

Les travaux de construction de la Galerie profonde Friedrich débutèrent en 1821 avec l'exécution d'une tranchée en surface - un canal de 888 mètres de long reliant la sortie de la galerie à la rivière Drama. Grâce au savoir-faire et à l'artisanat élevé des géomètres de l'époque, le creusement de la galerie fut réalisé simultanément avec 14 fronts d'avancement jusqu'à leur affrontement. 26 puits furent creusés à des fins de la ventilation et du drainage de leurs fronts d'avancement.

Pendant les travaux, deux machines à vapeur, installées sur les puits, furent utilisées pour le drainage des trous d'excavation. L'une machine avait un diamètre de 24 pouces, l'autre - un diamètre de 40 pouces. Les distances entre les puits de mine variaient de 79 à 401 mètres en raison de différentes conditions géologiques. En moyenne, en une année, 326 mètres de trottoir furent creusés et 100 employés furent engagés. En 10 ans, le surintendant du bureau minier de Tarnowskie Góry, Rudolf von Carnall, dirigeait les travaux miniers.

La mise en service de la Galerie profonde Friedrich avait un caractère très festif et était associée au 50ème anniversaire de la mine Friedrich. Le 15 novembre 1834, tôt le matin, 28 fonctionnaires miniers et métallurgistes, directeurs de la mine, sous-directeurs de la mine et mineurs se furent rassemblés à l'entrée de la galerie. Accompagnés par l'orchestre de mineurs et la chorale, ils traversèrent en barques la partie inférieure de la galerie. 40 trous artésiens furent tirés dans l'air. Après avoir fait la surface du puits Adolf, les participants de la fête portaient les toasts, mangeaient le petit-déjeuner, pendant que les distinctions honorifiques furent attribuées et 30 mineurs non qualifiés furent promus vers le grade de mineurs de fronts d'avancement.

La mise en service de la Galerie profonde Friedrich commença une nouvelle étape dans le développement de la mine. Afin d'identifier le filon et évacuer l'eau, la galerie fut étendue au moyen des galeries de base. Les éléments susmentionnés furent connectés avec les autres trottoirs de la mine. L'objectif de ces connexions était le drainage gravitationnel de l'eau et l'arrêt de fonctionnement de dernières locomotives à vapeur. Cela permit à la mine Friedrich d'économiser 7 000 thalers par an. Le système de drainage basé sur la Galerie profonde Friedrich fut développé jusqu'à l'année 1880.

Au cours des années suivantes, la galerie de la mine fut élargie dans la direction du sud-est et puis dans la direction du sud; on espérait d'atteindre de nouveaux gisements de minerai. L'objectif était de créer une boucle en reliant le trottoir de l'aile au puits Adolf, à travers la tranchée de Heinitz, jusqu'au puits Szczęśliwa Pomoc (Aide heureuse). Le creusement du deuxième boucle commença en 1875, en le connectant au trottoir principal à côté du puits Urban. La connexion entre les deux puits de mine eut lieu le 17 décembre 1880. Le deuxième système central de drainage de la mine Friedrich, laborieusement construit, atteignit une longueur totale de près de 15 km.

La Galerie profonde Friedrich, outre le drainage des trous d'excavation, joua également un autre rôle très important. En relation avec le district industriel en développement, au sud de Tarnowskie Góry il y avait une forte demande en eau. On décida d'utiliser à des fins économiques une partie de l'eau de drainage de la mine qui jusqu'à présent fut évacuée par une galerie vers la rivière Drama. En 1884, une station d'approvisionnement en eau fut construite sur le puits Adolf. À une profondeur de 56 mètres, une machine à vapeur fut installée, qui pompait de l'eau directement dans les tuyautages et alimentait toute l'agglomération silésienne. Plus tard, la machine à vapeur fut remplacée par des pompes électriques. La station d'approvisionnement en eau fonctionna jusqu'en 2001.

La galerie divisée, après la première guerre mondiale, par la frontière entre l'Allemagne et la Pologne, devint même l'objet d'un accord international spécial signé à Berlin le 2 décembre 1927, car une partie de cette galerie, avec le « Portail des mineurs » se trouvait alors sur le territoire allemand. Cependant, l'eau y continuait à couler constamment, malgré les frontières, et c'est toujours le cas aujourd'hui, bien que, compte tenu de la cessation de l'exploitation minière, elle perdit sa valeur pour l'industrie minière. En revanche, elle gagna une autre valeur.

XX
XX

Protection Du Patrimoine Et Ouverture D'une Partie De La Galerie À Des Fins De L'exploitation Par Le Tourisme

La protection des souterrains de Tarnowskie Góry et leur mise à disposition des touristes furent demandées avant la Seconde Guerre mondiale. Les autorités de la ville achetèrent des champs miniers en 1938 du trésor public. Une mine de démonstration portant le nom du roi Boleslas le Téméraire fut fondée. Les médias de l'époque écrivirent beaucoup sur cet événement ce qui ensuite encouragea les masses de passionnés de visiter le sous-sol de Tarnowskie Góry. Ce n'étaient pas seulement des touristes individuels de la région la plus proche, mais aussi de grands groupes de touristes venant d'autres régions de la Pologne.

Les activités de guerre interrompirent le développement du tourisme industriel dans le sous-sol de Tarnowskie Góry. Après la guerre, à la suite de changements politiques, les autorités abandonnèrent l'idée de rendre les souterrains accessibles au public. Cependant, un groupe des habitants affûtés de Tarnowskie Góry, avec à sa tête le sous-directeur de la mine Alfons Kopia, fit suite aux projets audacieux d'avant 1939 et rendit le souterrain accessible aux touristes. L'idée de construire une mine de démonstration et de rendre le souterrain minier accessible au public fut reprise. Cette initiative fut reprise et mise en œuvre de manière audacieuse par l'Association des amateurs de l'Histoire et des Monuments de la région de Tarnowskie Góry établie en 1953 (plus tard l'Association des Amateurs de la région de Tarnowskie Góry).

Dans la première étape, afin de montrer au public les charmes du monde minier souterrain le plus tôt possible, la Galerie de la Truite Noire, à la suite d'un effort social énorme, fut mise à disposition des touristes en 1957. C'est une partie de la Galerie profonde Friedrich, la plus longue à l'époque dans toute l'Europe.

Une section de la galerie, située entre les puits Ewa et Sylwester, d'une longueur de 600 m, fut mise à disposition des touristes. Le nom du patron tombant dans le calendrier le jour de la découverte du puits devint aussi le nom du puits. Tous les travaux liés à la préparation de la galerie pour les visites touristiques furent réalisés en moins de deux ans, et les premiers touristes traversèrent la galerie en barques le 15 septembre 1957 pendant les premiers Jours des mineurs de Tarnowskie Góry.

La galerie, mise en service et mise à disposition des touristes, fut traitée comme la première phase transitoire de la mise à disposition des souterraines aux touristes depuis la reconstruction de la mine historique. On croyait qu'elle ne fonctionnerait pas plus tard. Cependant, une énorme popularité de ce site, un grand intérêt des touristes pour la galerie, sa construction originale ainsi que l'attraction sous la forme d'une traversée en barques à la lumière des lampes à acétylène firent que la galerie continue à être une attraction touristique intéressante et séduisante. La traversée en barques est une expérience inoubliable pour les touristes, qui peuvent admirer le monde souterrain de Tarnowskie Góry à une profondeur de près de 30 m.

In order to ensure maximum convenience to users when using the website, this page uses cookie files.